La honte de la galaxie – Alexis Brocas

-bonjour – bonsoir 💌

Dans les confins de la galaxie, entre plusieurs planètes à la dérive, Alexie Brocas a attisé ma curiosité en à peine deux phrases. Aujourd’hui, je vous présente cet auteur dont la plume est assez loufoque / atypique avec son récit de science-fiction, qui porte bien son nom mais aussi celui de sa collection car c’est une pépite. J’espère vraiment vous donner envie de vous lancer.

Line-Divider_zpsnzpwyzh6

I N F O R M A T I O N S
La honte de la galaxie – Alexie Brocas
2021
ÉDITEUR : Editions Sarbacane
NOMBRE DE PAGES : 512
GENRE :  Science-Fiction
THÈME(S) : Drogue / Guerre / Découvertes spatiales

Line-Divider_zpsnzpwyzh6

RÉSUMÉ

An 300 000 et des poussières. Sur une planète sans loi aux confins de la Voie lactée. Meryma, 17 ans, se noie dans les drogues et la mélancolie pour oublier son passé tumultueux d’héroïne des guerres impériales – ainsi que le scandale qui a fait d’elle la honte de la Galaxie. Un matin, un convoi plein de ses ex-soeurs d’armes fait escale dans son ciel. Mission : explorer la zone inconnue de Nixte, qui abriterait les vestiges d’une civilisation extraterrestre depuis longtemps disparue, et où se produiraient des prodiges… Or, Meryma a toujours été fascinée par Nixte. Avec l’Orphelin, le petit voleur qu’elle a adopté sur Frontière, elle se débrouille pour intégrer le convoi, et se retrouve cuisinière sur un immense vaisseau qui cache bien des secrets dans ses soutes. Meryma va les lever un par un, tout en vivant mille aventures, avant d’affronter la plus grande énigme de ces 10 000 dernières années. Le mystère de Nixte.

AVIS

La honte de la galaxie est un récit qui ne se prend tellement pas au sérieux qu’on finit par y croire. Paradoxe, n’est-ce pas ? En découvrant le résumé, j’avais quelques doutes, je ne pensas pas autant accrocher ni adhérer à l’histoire, la plume. Et pourtant, je vous présente l’un de mes plus gros coups de coeur pour ce début de l’année 2021 ! Alexis Brocas a su me transporter aux confins de la galaxie, à la recherche des secrets des planètes Nixte, aux côtés de Meryma. Que dire sur ce personnage… A elle seule, elle semble rassembler toutes les galères possibles de la galaxie : 17 ans, ancienne Officière et héroïne de guerre pour la Flotte contre Patrie Bleue (les grands méchants bouhou), droguée et totalement dépendante à la spé, cette substance qui permet de se plonger dans nos souvenirs et qui rend nostalgique, exilée à Frontières, une planète sans foi ni lois. Comment tomber aussi « bas » alors qu’elle a connu le sommet, l’adulation et j’en passe ? Alexis Brocas nous présente une protagoniste risible, qui ne croit plus en elle et qui se sent si détachée de tout : d’elle, d’autrui mais aussi du monde. Les premières pages m’ont fait pensé à un mauvais sketch mais honnêtement, je me suis laissée prendre au jeu et c’était une superbe expérience de lecture.

L’auteur nous plonge dans un univers de SF assez dense, riche, poussée. Plusieurs années après notre civilisation, la Terre « Patrie Bleue » n’est plus. La Flotte de l’Empire a colonisé une bonne partie de l’espace et est en guerre avec les armées de Patrie Bleue. La conquête spatiale reste au coeur du récit, notamment autour du mystère des planètes Nixte : ce sont des planètes qui semblent « bouger » d’un bout à l’autre de l’univers, dont on se connait rien, on se sait rien, on comprend rien, d’après le peu d’indices dont disposent la flotte. Meryma a eu l’audace de rentrer dans l’atmosphère d’une de ces planètes avant d’être jugée pour trahison et d’être considérée comme ennemie de la flotte. Il faut comprendre que Nixte est un rêve pour beaucoup de personne dans la Flotte : Meryma a juste eu l’audace de le réaliser, ou du moins de l’effleurer… Alexis Brocas continue d’étendre son univers en nous présentant de nouvelles espèces, un système spatial assez complexe, des engins et des vaisseaux derniers cris. Le périple au travers duquel nous allons suivre Meryma est plus qu’une succession d’actions et de péripéties (parfois malvenues) , c’est un véritable voyage et cheminement pour la jeune femme qui va se découvrir et découvrir les autres. A 17 ans, Meryma va enfin expérimenter les petits plaisirs de la vie « adolescente », même si c’est une période qu’elle n’a jamais connu. Elle est cynique, sarcastique, solitaire, impulsive mais on ne peut que s’attacher à elle et vouloir qu’elle connaisse enfin sa fin heureuse.

Alexis Brocas évoque énormément de sujets dans ce récit et on passe au travers d’un spectre assez large : on évoque la conquête spatiale, la guerre, l’enrôlement forcé, le lavage de cerveau, la drogue et la dépendance, la solitude, l’exil, la famille, l’amour, l’amitié, le deuil et les traumatismes. J’ai adoré les personnages : ils ne sont pas lisses, ils sont tourmentés, ont connu des choses difficiles, ils sont travaillés et tellement humains. L’auteur nous montre les personnages avec leurs fragilités, leurs blessures, leur passé, sans artifices. C’est un récit bouleversant, ne vous leurrez pas : même si tout est fait pour nous faire croire que rien n’est sérieux, que l’auteur débite des paroles insensées comme s’il s’en foutait, c’est clairement entre les petites lignes que le lecteur doit lire pour se faire sa propre analyse, son propre avis. L’auteur nous fait passer de (beaux messages), nous pousse à réfléchir, sur :

– le fait de se perdre dans nos souvenirs, de s’y accrocher à tel point qu’on ne peut plus voir l’avenir ⁣
– le fait de devoir faire le deuil des gens qu’on aime, qu’on nous a arraché trop tôt⁣
– le fait de se découvrir, de rencontrer la bonne personne au bon moment et d’y voir un peu plus clair dans sa vie⁣
– le fait de tisser des liens, malgré la peur, et de connaître un peu de bonheur et de répit dans un monde absurde… ⁣

Les chapitres sont courts, dynamiques, ce qui est assez bien pensé et équilibré tout au long de notre lecture. J’ai toujours été happée d’un chapitre à l’autre, l’intrigue est bien mise en place, le suspens est présent. Les dernières pages m’ont tenu en haleine et m’ont rendu triste, je l’avoue. La conclusion du récit est parfaite : c’est assez rare que je sois satisfaite d’une fin, je tiens donc à le souligner. Le ton est décalé, loufoque, le lecteur se pose des questions, est amené à réfléchir, à se poser, tout au long du récit. On est pris dans un engrenage et, en même temps, y’a ce calme, cette poésie et cette douceur qui cohabitent : un parfait équilibre entre chaos et sérénité. La honte de la galaxie est un récit de science-fiction tellement imagé, tellement travaillé, riche, dense, complexe, aux personnages drôles et attachants. Le discours « scientifique » vaut la peine (je pense, même si je n’y connais rien) et pour tous les messages cachés de cé récit, je ne peux que vous dire : foncez ! De plus, il y a énormément de représentations au sein de ce récit (personnages racisés / de couleur).

3 commentaires sur “La honte de la galaxie – Alexis Brocas

  1. Mon responsable l’a acheté pour la médiathèque, il me tentait absolument pas :O
    Je trouve la couverture vilaine et le résumé me fait penser à un « star wars pour les nuls », du coup j’espère qu’il saura trouver son public chez nous, mai j’en doute très fortement ^^’

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s