La Fileuse d’argent – Naomi Novik

-bonjour – bonsoir 💌

La Fileuse d’argent a été une véritable pépite pour moi et je regrette (presque) de ne pas l’avoir lu en période automnale / hivernale afin d’être 100% plongée dans l’ambiance. Naomi Novik a su me charmer, même si j’avais quelques appréhensions, n’ayant pas apprécié son ouvrage Déracinée.


RÉSUMÉ

Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l’échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite… jusqu’à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son coeur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l’argent en or. Mais, lorsque son talent attire l’attention du roi des Staryk – un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril…

AVIS


La Fileuse d’argent pose une ambiance et un cadre complètement différents, plongeant ainsi les lecteurs-trices dans une atmosphère qui rappelle les contes slaves. Nous sommes plongés au coeur du froid, des vieilles légendes racontées au coin du feu ; au sein d’un univers médiéval qui rappelle tout de même une certaine réalité, avec de nombreuses occurrences historiques faites par l’autrice.

L’autrice nous plonge ainsi dans un folklore slave, dans lequel nous allons suivre l’ascension et l’émancipation de trois femmes, chacune issue d’une tranche sociale différente. Le personnage principal reste Miryem : fille d’un prêteur sur gage, Miryem est désespérée de voir son père se faire prendre pour un imébcile. Trop gentil, celui-ci ne réclame jamais les sommes prêtées Tandis que le reste du village vit confortablement, Miryem voit sa famille dépérir. Elle prend alors la décisions de reprendre l’affaire de son père : se montrant impartiale et sans scrupule, Miryem toque aux portes et récupère ce qui doit lui revient droit. Elle parvient ainsi à se bâtir une réputation, pour le meilleur comme pour le pire. Sa route croisera ainsi celle de Wanda : fille d’un père paysan violent, Wanda va travailler pour Miryem et va voir ce travail comme son seul et unique moyen d’échapper à ce père alcoolique et odieux envers ses enfants. Enfin, Miryem croisera le chemin d’Irina. Fille du duc, Irina est gardée précieusement dans le château de son père… Non pas pour sa beauté, mais son père est loin d’être l’homme le plus intelligent du royaume… Ces trois femmes vont voir leur destin se croiser, basculer… Voilà la promesse de ce récit : ne vous attendez pas à découvrir une ou plusieurs histoires d’amour. Naomi Novik nous plonge dans une fantasy médiévale pure, sans artifices où l’amour ne constitue pas l’essence même du récit.

Ces destins commencent à basculer quand les légendes deviennent peu à peu réalité. Miryem s’est taillée une réputation mais à quel prix? Trois soirs de suite, à sa porte, la jeune femme va trouver des défis venant tout droit du roi Staryk… Un homme impitoyable capable d’amener la route de l’hiver au coeur même du royaume des vivants, lieu où se trouve Miryem. Celle-ci a prouvé par trois fois qu’elle était capable de changer l’argent en or… Elle disparaît ainsi dans le royaume de ce roi, qui fait d’elle sa reine… N’y voyez pas là un coup de foudre mais plutôt l’égo et la fierté d’un homme qui ne fait que son « devoir ». Mais comment Irina et Wanda vont-elles se retrouver mêlées à cette affaire ? Eh bien je ne peux pas trop vous en dévoiler car cela vous gâcherait le plaisir même de tout découvrir… Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il est question de manipulation, de magie, de jeux de pouvoirs, de complots, de démons et aussi de guerre… Bref un univers à la fois hostile et merveilleux, au coeur d’un folklore slave – russe, savamment dosé et travaillé !

Si le début était un peu long, j’ai été comblée assez rapidement. Il faut toujours un peu de temps pour installer pleinement un univers, surtout un univers de fantasy. Je pense qu’on peut vite se décourager avec ce roman mais qu’il faut tout de même lui laisser une chance et forcer un peu. Alors, certes, il y a quand même pas mal de longueurs mais j’en suis venue à les apprécier de plus en plus car elles permettaient de bien cadrer le contexte, le récit. J’avais un peu de mal avec le personnage de Miryem mais j’ai adoré la voir prendre en main sa vie. L’autrice parvient à montrer des jeunes héroïnes travaillées, loin d’être superficielles. Ces trois femmes se complètent et ont chacune une part de magie. J’ai adoré le ton de ce roman, cette approche féminine avec ce trio : des femmes fortes, qui peuvent paraître froides mais qui ont été écorchées par la vie… Mais qui ont de l’espoir, une vision du monde et une fureur envie de vivre. Les personnages ne sont pas exclusivement féminins, l’autrice propose quelques chapitres avec le pov masculin… Mais pour le coup je m’interroge sur l’intérêt et l’utilité de certains de ces chapitres… Mais cela reste un choix narratif comme un autre, après tout.

La fin est assez intense, avec un équilibre qui nous tient en haleine. J’ai beaucoup apprécié le dénouement qui est à l’image du récit ! Naomi Novik est restée cohérente et juste du début jusqu’à la fin. Elle offre une conclusion à chacune des trois histoires, et ne laisse rien au hasard.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s