Sorcery of Thorns – Margaret Rogerson

-bonjour – bonsoir 💌

J’avoue, j’ai légèrement craqué pour ce livre, plus pour sa sublime édition grimoire collector que pour le résumé… Mais il s’est avéré que j’ai beaucoup aimé l’histoire, l’ambiance et les personnages. Je vous parle aujourd’hui de cette pépite et de cette autrice qui semble tout à fait prometteuse.


RÉSUMÉ

Tous les sorciers sont maléfiques.
Elisabeth, élevée au milieu des dangereux grimoires magiques d’une des Grandes Bibliothèques d’Austermeer, le sait depuis son plus jeune âge. D’ailleurs, peu de temps après le passage à la bibliothèque du sorcier Nathaniel Thorn, un des ouvrages se transforme en monstre de cuir et d’encre, semant mort et destruction. Et c’est Elisabeth qui se retrouve accusée de l’avoir libéré. Forcée de comparaître devant la justice à la capitale, elle se retrouve prise au cœur d’une conspiration vieille de plusieurs siècles.
Bien malgré elle, elle n’a d’autre choix que de se tourner vers son ennemi Nathaniel, et son mystérieux serviteur, Silas.
Car ce ne sont pas seulement les Grandes Bibliothèques qui sont en danger, mais le monde entier… et face à ce terrible complot, Elisabeth va devoir remettre en question tout ce qu’elle croyait jusqu’ici, y compris sur elle-même.

AVIS


Sorcery of Thorns nous présente un univers fait de livres. Mais ce ne sont pas des livres tels que nous les connaissons… Nous, nos livres ne parlent pas, ne se transforment pas en Maléfict par exemple. Dans le monde d’Elisabeth, c’est monnaie courante. Les grandes bibliothèques des royaumes sont là pour conserver ces livres, ces mines de savoir mais surtout pour prévenir des risques d’une formation de Maléfict, des ouvrages puissants pouvant causer destruction et terreur sur leur passage. Elisabeth a été adoptée par la bibliothèque et a pour ambition de devenir gardienne. A vrai dire, c’est son plus grand rêve : servir cet endroit, être aux côtés des livres pour le restant de ses jours. Sa vie bascule quand, un soir, elle tombe sur le corps assassiné de la Directrice. Elisabeth affronte à elle seule un Maléfict, sauve un village mais malgré cela, la jeune femme est emprisonnée. Quelque chose semble se jouer… Entre complots, manipulation et sorcellerie, Elisabeth va devoir remettre en question tout ce qu’elle pensait connaître des bibliothèques… mais aussi des sorciers ! Son chemin croise ainsi l’héritier assez froid, mystérieux et calculateur de la maison Thorn : Nathaniel. Accompagné de son démon Silas, Elisabeth devra travailler main dans la main avec eux pour lever le voile sur les différentes attaques menées à l’encontre des grandes bibliothèques.

J’ai beaucoup apprécié l’ambiance que dégageait le livre. J’avais quelques appréhensions car j’avais pu lire des critiques assez mitigées. Cependant, l’univers est assez intéressant et nous plonge dans une enquête, avec une jeune femme assez maladroite mais déterminée, un sorcier désabusé et un démon très classe. Margaret Rogerson propose de bons ingrédients pour nous faire passer un très bon moment ! L’univers est d’autant plus intéressants se centrant sur l’importance des livres. La société est divisée entre les êtres magiques (sorciers) et les humains. Dans cette continuité, on découvre le pouvoir des grandes bibliothèques, des lieux qui renferment le savoir et des ouvrages d’une grande valeur, totalement uniques au monde… Ca rappelle un peu la vision très élitiste de nos bibliothèques d’antan, mais passons ! Le récit s’équilibre au travers du personnage d’Elisabeth qui découvre peu à peu un pan de l’univers dont elle ignorait totalement connaissance, notamment en devant faire équipe avec Nathaniel, sorcier assez revêche, qui n’a pas la langue dans sa poche, tout comme son démon.

L’enquête que nous suivons est très addictive, avec des rebondissements (qu’on voit parfois venir…) et beaucoup de tensions qui rendent l’ambiance très oppressante. J’ai eu la sensation d’être au coeur des intrigues de cour, entre jeux de pouvoirs, manipulations, complots et secrets. Elisabeth se retrouve, malgré elle, mêlée à tout cela ! Pour un one-shot, le récit est une réussite, avec parfois quelques longueurs, mais je l’ai dévoré. Les personnages sont attachants, à leur manière : Elisabeth possède une certaine candeur qui m’a beaucoup touchée. Elle est maladroite mais on sent que sa passion l’anime, et surtout son envie de bien faire. Face à elle, Silas et Nathaniel forment un duo assez incroyable, drôle mais aussi très décalé. On sent que la relation entre le démon et son maître est bien plus qu’une relation de puissance : il y a une vrai amitié qui s’est installée entre ces deux. L’autrice parvient tout de même à faire planer un doute sur Silas, un mystère autour de ce personnage qui semble jouer un double jeu constant.

Le seul point négatif que je trouve à redire dans ce récit est la romance. Pour moi, elle perd de sa crédibilité tant elle est assez superficielle et apparaît un peu comme un cheveu sur la soupe. Elle reste sans chichis mais il manquait tout de même quelque chose à mes yeux pour que ce soit « parfait ». Sinon, je suis très heureuse d’avoir découvert la plume de l’autrice. J’ai très hâte de me plonger dans ces autres romans qui ont, eux aussi, droit à de magnifiques éditions reliées !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s