Cinder et un « retour » en enfance

BONJOUR – BONSOIR

separa

 

J’ai lu -rĂ©cemment- le premier tome des Chroniques Lunaires : Cinder, de Marissa Meyer. J’avais une certaine apprĂ©hension au dĂ©but de ma lecture, on s’attaque quand mĂȘme Ă  un gros morceau de notre enfance… les contes. Alors moi qui suis une « grande enfant », qui adore les contes de fĂ©es, les histoires de princesse, de prince, d’amour, j’avais vraiment peur de me lancer dans une rĂ©Ă©criture et d’en ĂȘtre déçue finalement. Des amies (coucou readtomesweetheart) n’ont fait que des Ă©loges sur cette saga donc je me suis jetĂ©e Ă  l’eau. Et ça a Ă©tĂ© une grande claque.

Lire la suite de « Cinder et un « retour » en enfance »

Publicités

Milk and Honey et la douceur de la poĂ©sie

BONJOUR – BONSOIR

separa

 

Je vous retrouve pour une petite chronique sur un recueil poĂ©tique que j’ai savourĂ© : Milk and Honey, ou Lait et miel, de Rupi Kaur. Je l’avais reçu en cadeau par un de mes frĂšres Ă  mon anniversaire, en anglais, et j’Ă©tais impatiente de m’y plonger pleinement. J’avais lu deux-trois poĂšmes comme ça, mais jamais l’oeuvre en entier et je me sens assez honteuse d’avoir attendu aussi longtemps pour lire cette merveille.

Lire la suite de « Milk and Honey et la douceur de la poĂ©sie »

ACOWAR et mon premier book hangover

BONJOUR – BONSOIR

separa

 

J’ose enfin accepter la rĂ©alitĂ© : j’ai terminĂ© ACOWAR. J’ai terminĂ© tous les tomes de la saga ACOTAR disponibles… Je dois attendre en mai, je dois me confronter Ă  mon supplice jour aprĂšs jour. A vrai dire, je ne pensais faire une aussi grosse panne de lecture aprĂšs cette lecture ; je ne pensais pas ĂȘtre aussi triste. Donc Ă  vrai dire… Je suis encore un peu « Ă  l’ouest » si je puis dire ! Mais j’avais hĂąte d’Ă©crire cet article, j’ai attendu trois-quatre jours d’ailleurs, je n’ai pas fait comme pour ACOMAF oĂč j’ai carrĂ©ment rĂ©agit Ă  chaud. D’ailleurs l’article d’ACOMAF c’est du grand n’importe quoi, mais c’est du grand n’importe quoi dans les rĂšgles de l’art.

Lire la suite de « ACOWAR et mon premier book hangover »